La déesse Minerve de Jacques Bergé

La déesse Minerve de Jacques Bergé

Continuons sur la superbe collection de sculptures de Georges de Lastic.

Voici une terre cuite représentant la déesse Minerve. Signée de l’artiste Jacques Bergé, cette œuvre fut l’objet d’un thèse soutenue et publiée par le spécialiste et descendant du sculpteur, Willem Bergé. Guillem Scherf, conservateur en chef du département des sculptures du musée du Louvre, considère cette œuvre comme un des témoins de maturité de la carrière de l’artiste.

Divinité guerrière mais également patronne des villes, Minerve, fille de Zeus, est ici représentée debout, conquérante, coiffée de son heaume emplumé sur lequel guette, sur le cimier du casque, une sphinge mystérieuse. La lance ainsi que le bouclier sont autant de démonstrations de force et de courage. Incontestablement figure emblématique de Minerve, la Gorgone Méduse dont la tête fut fixée par la déesse sur son bouclier, est visible également ici, lorsque la statue est orientée de dos.

Arme redoutable pétrifiant ceux qui oseraient poser les yeux sur elle, la Gorgone Méduse, dès 1885, se retrouve, en parfait symbole de la loi, sur les casques de la garde républicaine mais également sur les médaillons des ceinturons porte-épées des officiers ;  pour s’étendre, de nos jours, à ceux des militaires des unités de gendarmerie.

L’hôtel des Invalides à Paris, aujourd’hui devenu le musée de l’armée, arbore également une imposante statue de la déesse à l’entrée du pavillon nord.

En 1795, l’Institut de France, Porte du savoir, choisira Minerve comme emblème officiel. En effet, de surcroît, outre ses qualités combatives, la déesse s’élève en tant que protectrice des Arts. En son hommage, Charles Maurras, membre de l’Académie Française, écrira « Invocation à Minerve » en 1902.

D’un point de vue contemporain et ludique, la série manga « Saint Seiya », d’abord publiée en 1986 sous le nom célèbre des « Chevaliers du Zodiaque » lui attribuera un rôle prédominant. Les 28 volumes remporteront un franc succès et feront par la suite l’objet de six films d’animations.

Récemment, les amateurs de jeux vidéos ont pu la reconnaître dans « Smite », jeu d’arène de bataille en ligne sorti en 2014.

Afin de vous faire une idée de cette Femme indéniablement de notre temps, venez découvrir sa sculpture ainsi que la tapisserie à son effigie, chacune visible en enfilade au rez-de-chaussée du château, dans le cadre de notre parcours visite.

Crédit Photos : David Bordes